D'un jardin pas si tranquille - 1ère partie

Publié le par La Plume de Chalifert

Commemoration-8-mai-2010.JPG

Sépultures sans nom

Bien que n'étant pas celui du Père Lachaise, notre petit cimetière recèle, pour qui sait regarder, un certain nombre de curiosités : cette urne funéraire négligemment posée au coin d'un monument ; ces monticules de terre que l'on croirait faits par des taupes, mais sous lesquels reposent des femmes et des hommes dont on a oublié (?) de mettre le nom.

Il y a celui qui sert de tombeau provisoire à l'inconnu venu mourir dans nos champs  quelques années auparavant, et auquel la municipalité doit une sépulture avant de  transférer ses restes dans la fosse commune. Sans abri dans la vie, il bénéficiera pour quelque temps d'un lieu où reposer sans payer de loyer... Une main charitable y dépose des fleurs en rendant visite à un être cher...

On peut voir les petites veilleuses, les oeufs de Pâques ou le sapin de Noël posés sur la pierre et qui permettent aux habitants du cimetière de partager les fêtes des vivants.

Un minuscule jardin anglais recouvre une tombe où se mêlent fleurs vivaces et annuelles.

Mais il y a aussi le trou mal refermé où un homme qui mourut l'an dernier, seul dans sa petite maison, est enterré, et dont la descendance ne prit pas la peine de le nommer pour l'éternité.

Beaucoup d'autres sont dans le même cas. Négligence ou volonté de voir à jamais ces êtres disparaître dans le néant ?

Rassurons-nous cependant, la plupart des sépultures portent les noms des défunts, voire leur photo, afin qu'ils restent à jamais gravés dans nos mémoires, tels ceux qui moururent pour la France et que, adolescents et adultes, nous honorons plusieurs fois par an.

La PlumeClipart image fourniture encrier plume

Publié le 12 mai 2010

P.S. En ce qui concerne le droit à l'image, si les personnages représentés sur cette photo veulent en user, merci de me contacter. Chalifplume@gmail.com

Commenter cet article