De l'humeur des baptiseurs de rues

Publié le par La Plume de Chalifert

Lubies.JPG

Mais que leur est-il passé par la tête ?

Dans toutes les villes et villages, les avenues, rues, ruelles, chemins, allées... portent des noms. Il en est donc de même pour Chalifert.

Nombreuses sont les rues qui sont baptisées du nom d'hommes ou femmes célèbres. C'est pourquoi nous avons Charles Vaillant, Jean de La Fontaine, Louis Pasteur et Louis Braille qu'en son temps quelqu'un, pour se faire bien voir de nos voisins, a choisi d'honorer. D'autres portent des noms de saints, Jacques, Eloi, puis il y a les noms insolites, choisis au gré de la fantaisie des baptiseurs ou de leurs amis ou ennemis.

C'est ainsi que nous connaissons, mais ne pouvons pas toujours situer, la ruelle Canet, la ruelle à Simon, le Traversin de l'Arpent de Rome, le chemin du Mur au Prieur. Y eût-il autrefois un moine priant devant un mur qui n'existe plus aujourd'hui ?

J'ai récemment découvert, revenant de Coupvray, une jolie plaque flambant neuve indiquant « Chemin des Lubies » et conduisant, à la frontière de nos deux villages, à des habitations chaliféroises.

Tout désuet qu'il soit, ce joli mot de lubie qui désigne un fantasme, une passion soudaine pour quelque chose, apporte la réponse à ma question.

La PlumeClipart image fourniture encrier plume

Publié le 25 mai 2010

 

Commenter cet article