De la journée de la femme française

Publié le par La Plume de Chalifert

8 mars 1982 - 8 mars 2012

Nike-women-s-marathon-2011-2.jpg

La semaine dernière je vous demandais de mettre les grand-mères à l’honneur, dont la majorité (si l’on excepte Ma Dalton qui, du reste, n’a que de grands méchants garçons) le mérite bien.

Et me revoilà aujourd’hui avec un hommage aux femmes, mères, épouses, célibataires, célibattantes, chefs d’entreprise ou brimées par des chefs, j’en passe et des meilleures…

Si la journée des grand-mères est nationale et récente, celle de la femme (clic) est célébrée sur toute la planète depuis plus ou moins longtemps, et en France seulement depuis 30 ans alors qu’elles ont, de haute lutte, arraché le droit de vote en 1945.

Pourquoi tant d’amour soudainement pour celles que l’on a plutôt l’habitude de moins bien traiter que les hommes ?

Je ne vais pas vous tenir un discours de féministe enragée - ce n’est pas le style de La Plume - mais je ne peux que regretter, en 2012, que la femme soit encore si peu présente dans la vie tant des entreprises qu’en politique.

Et pourtant, elle n'hésite pas à donner et se donner, par exemple dans les conseils de parents d'élèves - vous connaissez beaucoup d'hommes qui y participent ? - dans le bénévolat, ou même à courir pour une bonne cause et lever des fonds, tant la générosité des femmes est sans limite.

Malgré toutes les belles déclarations des uns et des autres, toutes tendances confondues, elles seront encore en large minorité dans les élections à venir.

Ce n’est pas demain que nous aurons en France une présidente de la République, c'est maintenant certain, ni que la moitié de l’hémicycle de l'Assemblée nationale se repoudrera le nez entre les interventions de ses consoeurs !

La plumeClipart image fourniture encrier plume

Publié le 5 mars 2012

Commenter cet article