De la tradition pascale

Publié le par La Plume de Chalifert

morue.jpg

Pourquoi mangeons-nous de la morue le vendredi saint ?

La période dans laquelle nous nous trouvons est, pour les chrétiens catholiques, une semaine sainte qui se situe à la fin du carême et juste avant la grande fête de Pâques.

Autrefois, le carême était synonyme de jeûne, au moins une fois par semaine, et le vendredi jour de n'importe quel poisson. Toutefois, le vendredi saint, du plus loin que l'on s'en souvienne, manger de la morue (appelée cabillaud lorsqu'elle est fraîche) est une quasi obligation. Chrétiens ou non, nous sommes tous marqués par cette tradition qui risque de disparaître avec la morue elle-même dont les Portugais, qui en sont très friands, vous disent qu'elle est devenue médiocre sauf à la payer au prix de l'or !

Superstition de même que la branche de buis que l'on va chercher à l'église une fois l'an le jour des Rameaux ? Laissons à chacun le choix d'en juger.

Lors de l'Aïd, les chrétiens musulmans sacrifient un mouton. Le jour de Pâques, les catholiques mangent de l'agneau. Jésus n'a-t-il pas dit : « Je suis l'agneau de Dieu » ?

Lorsqu'on regarde gambader les doux agneaux du chemin de la Haillette, peut-on encore, sans aucun sentiment de culpabilité, mettre cette viande dans nos assiettes ?

Il n'est pas difficile de faire preuve d'un peu d'imagination et d'inviter à notre repas de Pâques les oeufs bio ou non, que nous offrent généreusement les poules, avant de déguster ceux en chocolat que les cloches auront fait pleuvoir sur notre village !

                                                                              ***

Publié le 31 mars 2010

Commenter cet article