Des artisans de notre village

Publié le par La Plume de Chalifert

Feu-Stefano.jpg
Dans l’antre du ferronnier d’art
Ce lundi de Pentecôte, Stefano est au travail dans sa forge située tout au fond des cours de la ferme, après les camions, voitures et autres sculptures naturelles dans lesquels s’enchevêtrent lianes et arbustes sauvages.
Né en Italie du nord, à 100 km de Venise, Stefano a quitté son pays et franchi les Alpes en 1980 pour rejoindre en France une belle estivante dont il était tombé amoureux. Il n’est plus jamais reparti !
Après quelques années passées à travailler dans l’automobile en tant que magasinier pièces détachées, il décide de se lancer dans la ferronnerie d’art, reprenant ainsi le métier que son père a toujours exercé en Italie.
Autodidacte, Stefano, modestement, refuse le qualificatif « artiste ». Néanmoins, ses créations que l’on peut voir sur son site, le rangent sans conteste dans cette catégorie.
Esquisse.jpg 
Je l’ai rencontré devant sa forge, en pleine création de volutes, son motif préféré. De l’esquisse à la craie sur sa table de métal, au travail du fer chauffé au rouge, j’ai pu admirer sa dextérité et sa force pour soulever le marteau (près de 3kg), martelant sur l’enclume la tige de métal pour la plier à sa volonté.
Fer-au-feu.jpg 
Stefano travaille à la demande, crée ou restaure tant pour les particuliers que pour les collectivités et administrations. En ce qui concerne Chalifert qui lui a donné carte blanche, nous avons tous remarqué les potences fleuries, l’accueil de la bibliothèque, et plus récemment les panneaux qui lui ont été commandés par la mairie.
Marteau.jpg Heureux.jpg
Son amour du travail bien fait le confine, avec bonheur, dans son antre où résonne, sur fond de musique, le joyeux bruit du marteau sur l’enclume. Si vous passez à pied dans l’allée Saint Eloi, tendez l’oreille ! Stefano est heureux !
Atelier.jpg
La Plume Clipart image fourniture encrier plume
P.S. Je n’ai remarqué dans son atelier aucun éperon qui aurait pu servir aux cow-boys qui viendront danser samedi prochain au bal folk auquel nous sommes tous invités !
Publié le 14 juin 2011
 

Commenter cet article