Des boîtes et des hommes

Publié le par La Plume de Chalifert

Boites-aux-lettres--1--R.jpg

Au ras du sol ou à portée de géant ?

Lorsqu’on regarde attentivement les emplacements réservés par les propriétaires ou locataires de maisons ou appartements, à leurs boîtes aux lettres, il y a de quoi s’étonner. Au ras du sol ou à portée de géant ? 

L’on comprend alors pourquoi certains facteurs, soit n’effectuent leur tournée qu’un jour sur deux, soit abandonnent complètement la distribution du courrier, allant même jusqu’à se suicider…

J’exagère sans doute énormément. Néanmoins, ayant étudié ce cas dans notre petit village, j’ai pu constater que les facteurs pouvaient contracter divers maux en accomplissant leur mission.

Mal de dos ou de genoux, par exemple, lorsqu’ils doivent se baisser presque jusqu’à terre pour glisser le courrier dans une fente dont on penserait plutôt que c’est une chatière.

D’autres, à l’inverse, placent leur réceptacle si haut qu’il faudrait avoir la taille de Tony Parker pour l’atteindre, et de ce fait, à tendre le bras, sur la pointe des pieds, l’homme de lettres risque, au mieux une luxation de l’épaule, au pire une chute fatale.

Certains Chaliférois considèrent-ils que, puisque grâce à Internet le courrier circule plus vite et que les textos remplacent les lettres d’amour, point n’est besoin d’attendre la venue du facteur et, en conséquence, de lui permettre d’accéder à cette étrange boîte qui devient presque inutile ?

Par ailleurs, soucieux d’écologie, en interdisant toute publicité papier, s’ils participent à sauver la planète, ils créent du chômage en tuant le petit boulot de déposeur de pub qui nourrit, chichement certes, ceux qui le pratiquent.

Heureusement, plus nombreuses sont les boîtes faciles d’accès, même si parfois elles sont tout de guingois ou peuvent paraître bizarres à nos yeux.

Chalifert est décidément un village où ne règne aucune règle stricte.

Mais, n'est-ce pas, en partie, ce qui en fait le charme ?

La plumeClipart image fourniture encrier plume

Publié le 21 mars 2012

 

 

Commenter cet article

Myrtille 28/06/2012 19:47

HE! oUI! VOUS LE CONSTATEZ lA PLUME? JE ME PROM7NE DANS CHALIFERT! En regardant cette rangée de boîtes aux lettres, pas tellement bien rangées, il me vient en tête une vielle chanson apprise par ma
mère LE FACTEUR! le refrain disait: je vis dans l"espérance je porte entre mes bras vainqueurs, les secrets de la France et les secrets du coeur...ce métier, comme beaucoup d'autres choses, a bien
perdu de ses valeurs!Quand à la bâtisse du café brûlé, construction assez imposante, c'est étrange que depuis 3 ans, personne ne s'en soucie, ni pour la démolir ni la reconstruire! c'est sûr qu'en
plein carrefour çà fait désordre! Merci pour la visite!