Des gens du village

Publié le par La Plume de Chalifert

Naître et vivre à Chalifert
Portrait-Gisele-Chronique.jpg
  
Née le 26 décembre 1927 au 2 de la rue Charles Vaillant, Gisèle Chibout vécut un temps avec ses parents au 12 de la même rue, dans la maison qu’ils avaient achetée en viager.
S’étant mariée le 14 août 1946 elle devint Mme Vandemeersche, et s’installa avec son époux pour une courte durée dans la cour commune située sur le même trottoir quelques numéros plus loin. Le couple revint vite dans la maison familiale pour prendre soin de ses parents.
Gisele-Vandemeersche-sac-a-main.jpg
Gisèle n’aimait pas l’école et la quitta juste avant de passer son Certificat d’Etudes. Habile de ses mains, elle se lança dans le tricot, la confection de sacs, puis celle de blouses et tabliers pour une maison parisienne. Par la suite, pendant 32 ans, elle fut au service de la célèbre secrétaire de mairie-maîtresse d’école qui vit toujours sur la place de l’Eglise, Madeleine Llacer.
Mariage-Gisele-2.jpg
Gisèle eut une fille, Chantal, qui lui donna une petite fille, Céline, et un fils, Claude, dont elle eut une autre petite-fille, Adeline, elle-même maman d’une petite Myrabelle qui est élève à la maternelle.
Chantal repose près de son mari dans le cimetière du village, et Claude habite à deux maisons de sa mère, sur le même trottoir.
Maison-Gisele-2.jpg
Chalifert à l’époque de l’enfance et de l’adolescence de Gisèle, comptait plusieurs fermes. Son père travaillait dans celle de M. Piot dont certains Chaliférois très anciens se souviendront peut-être.
Chalifert étant dans une zone stratégique, fut occupé par les Allemands qui s’installèrent tant au château qu’à l’écluse. Gisèle se remémore le bruit de leurs bottes rythmant leurs chants lorsqu’ils montaient de l’écluse pour se rendre au café.
Elle se souvient particulièrement du bombardement de la gare de triage de Vaires S/Marne, et de celui du pont du chemin de fer situé près de l’écluse. A cette époque, les habitants de la rue Charles Vaillant, en cas d’alerte, quittaient leurs maisons pour aller se réfugier dans les bois derrière le cimetière. Au retour, des éclats d’obus jonchaient la rue. L’on trouva même une bombe non explosée près du pont détruit.
De toute sa vie, bientôt 84 ans, Gisèle ne quitta Chalifert que pour accompagner à la mer deux ou trois fois, les voyages scolaires. Jamais de vacances.
Une vie tout entière passée pratiquement dans la même maison ornée de motifs en faïence verte et jaune, qu’elle partage maintenant avec son chat Réglisse.
Gisele-et-son-chat-reduite.jpg 
Tous les Chaliférois connaissent sa petite silhouette qui attend, depuis 3 générations, ses enfants, petites-filles et arrière-petite fille à la sortie de l’école du village…
La PlumeClipart image fourniture encrier plume
Publié le 8 novembre 2011
 
 
 

Commenter cet article