Des voeux de notre maire

Publié le par La Plume de Chalifert

P1230105.JPG

Et de nos souhaits

Le vendredi 21 janvier à 20 h, dans la salle polyvalente/ciné-club de Chalifert, Laurent Simon, sans doute entouré de collègues des communes voisines, et peut-être d'élus du département, de la circonscription, de Marne-&-Gondoire, va nous adresser ses voeux pour 2011.

C'est un peu tard car l'année est déjà bien entamée, mais les Français persistent à considérer que le mois de janvier, dans sa totalité, est la saison des voeux.

Que va-t-il nous annoncer qui pourra faire fleurir un sourire non ironique sur nos visages ?

Avant qu'il n'ait terminé la rédaction de son discours de politique générale, je me permettrai de faire connaître à notre maire quelques-uns des souhaits que nous, ses administrés, formulons dans le secret de nos esprits. Pardonnez d'avance si vous trouvez la liste un peu longue !

Nous aimerions ne plus risquer de recevoir sur la tête les pierres qui se détachent de certains bâtiments en quasi ruine, ou les déjections des pigeons et tourterelles qui se regroupent au carrefour principal. Nous devons déjà éviter de nous tordre les pieds dans les nids de poules de nos rues et allées périodiquement rebouchés, (il faut le mentionner à la décharge de la municipalité) mais rapidement « redébouchés ». Lever la tête ou regarder par terre devient un choix difficile à assumer.

Souhaiter que les fils électriques si disgracieux qui traversent nos rues disparaissent est un voeu que nous ne pouvons nous permettre, même en pensée.

Désirer que des bâtiments en tôle ondulée rouillée, à l'architecture très originale, mais très loin du style briard et qui polluent notre vue, soient revus et corrigés, ne relève peut-être pas de l'autorité de notre maire. Il nous faut donc également oublier.

Espérer traverser le village sans risquer de se faire renverser ou être bloqués par les automobilistes autochtones ou étrangers qui ne respectent pas les panneaux de signalisation, est très raisonnable.

En général, et en particulier, le souhait le plus cher (à tous points de vues) que nous puissions formuler, est que nos impôts, eux aussi très chers, puissent servir à nous offrir une voirie digne de ce nom, un village propre et agréable à parcourir dans tous les sens. Pour ce dernier point, nous pouvons participer à le réaliser.

Et puis... tenez, soyons fous ! Pourquoi ne pas rêver qu'un généreux donateur, ayant gagné quelque 30, 40, 50 ou même 100 millions à l'Euromillions, en fasse don à notre petite commune à la condition que la municipalité exauce tous nos voeux ?

Une fois encore, la dernière, c'est promis, je nous souhaite à tous une excellente année 2011... pleine d'agréables surprises !

La PlumeClipart image fourniture encrier plume

Publié le 17 janvier 2011

Commenter cet article