Hommage à Claude Perryer - 18 septembre 2011

Publié le par La Plume de Chalifert

Claude-Perryer-chronique.jpg

Un juste retour des choses

Au mois de mai dernier, Claude Perryer décédait après de nombreuses années de maladie.

Ancien cadre dans les assurances, Claude était un homme intègre, exigeant pour lui-même et pour les autres, quelquefois autoritaire, mais d’un naturel joyeux et faisant partager son amour de la vie à son entourage.

En 1989, libre de tout engagement professionnel, il se présenta aux élections municipales, fut élu maire-adjoint et succéda à René Couture qui, hélas, décéda peu de temps après le début de son mandat.

Claude s’engagea à fond dans la vie municipale avec compétence et opiniâtreté ainsi que peuvent en témoigner tous ceux qui le côtoyèrent dans ses activités.

Aidé de ses conseillers, il mena à bien l’agrandissement de la mairie, la construction de l’école primaire, et l'aménagement de la salle des fêtes, mais aussi l’extension du cimetière. N’oubliant aucun de ses administrés, il fit rénover l’église fermée depuis longtemps et qui connut une première renaissance à Noël 1994.

Tout au long de son mandat, Claude Perryer, avec des moyens limités, mais une gestion rigoureuse, fit plus que la plupart des autres maires que Chalifert a connus. Certains Chaliférois n’hésitent pas à dire qu’il fut, de loin, le meilleur maire de notre village… du moins jusqu’à aujourd’hui .

Egalement artiste, Claude peignait et, entre autres œuvres, il créa le blason de Chalifert.

Donner son nom, en présence de son épouse Monique et de ses deux filles ainsi que de nombreux Chaliférois, à la salle où se tiennent de joyeuses manifestations est le plus bel hommage que pouvait rendre notre municipalité à cet homme qui fit tant pour son village.

Pour mémoire, je rappellerai que Claude s’était installé à Chalifert en 1956 dans une résidence secondaire qui devint vite sa résidence principale. Il y passa 55 ans, soit les 2/3 de sa vie !

Plaque2.jpg

Les trois grâces3

La PlumeClipart image fourniture encrier plume

Publié le 18 septembre 2011

Commenter cet article